Conférence en Inde

 

6 th International Conference YOGA Research and Cultural Synthesis

27/28/29/30 DECEMBRE 2009, Lonalva, INDIA

 

--

 

Contribution d’une « pratique Scolaire de Yoga » à l’Education pour la Santé »

Extrait du mémoire de MASTER  DESS « EDUCATION et SANTE » 2004, Université Charles De Gaule Lille3 et Université du Droit et de la Santé Lille2  France

 

THE CONTRIBUTION OF AN   “ACADEMIC PRATICE OF YOGA” TO THE HEALTH EDUCATION

 

La  planification d’un  « YOGA SCOLAIRE » permet  de penser  l’EPS : Education Physique et Sportive comme une EpS : Education pour la Santé. En effet,   la finalité de l’EPS  est de « former un citoyen cultivé, lucide, autonome…Cet enseignement fait vivre à tous les élèves des expériences qui permettent à travers l’efficacité de chacun un accès à la citoyenneté en acte, à l’équilibre, au développement personnel et à la réalisation de soi » (BO2000/2001). Pour cela nous nous appuierons sur les  liens spécifiques  des compétences psychosociales de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) : « avoir de l’empathie, communiquer efficacement,  être habile dans les relations interpersonnelles, avoir conscience de soi, avoir une pensée créatrice, avoir  une pensée critique  prendre des décisions, faire face aux émotions, faire face au stress,  résoudre des problèmes » avec le YAMAS NYAMAS traduites en règles  scolaires :  «vivre ensemble, accepter l’autre,  accepter le groupe, observer autour de soi, non-violence,   honnêteté,  hygiène de vie,  Se connaître, avoir l’esprit d’entreprise,  chasser les toxines, chasser les pensées négatives gérer son stress.. » Cette relation permet l’émergence  d’un  code de vie éthique et social, acceptable dans le système éducatif français

 

Lors du cycle de Yoga Scolaire, le  développement les YAMAS NYAMAS et des compétences psychosociale  engendrent une véritable éducation pour la santé, pour parvenir, comme  le suggère l’OMS à « un état complet de bien-être physique psychique et sociale ».

Nous pensons, avec les médecins spécialistes du yoga, et les enseignants de yoga engagés dans une approche globalisante de l’épanouissement de la personne  que cette  approche d’un « Yoga Scolaire »  entraîne un « Habitus  santé » sur le long terme. L’expérimentation personnelle de l’élève, de ses ressentis, de ses  sensations dans  le corps   agissent par rebond sur le psychisme, entraînant  une  compréhension de son  fonctionnement, ce qui  engendre des modifications du comportement,  avec des transferts positifs pour les actes de la vie quotidienne…

 

C’est par un protocole bien définit que chaque élève de lycée (16/18ans) expérimentera le rôle d’ « acteur-récepteur » pour établir le lien entre  asana, pranayama, pratyara, ...   et  leurs incidences sur les sensations psychophysiologiques. La compréhension de la différence entre « faire » des postures de yoga « physiquement » et entreprendre une pratique consciente est primordiale. L’intérêt est  de passer d’une éducation physique  kinesthésique à une éducation proprioceptive. C’est le processus d’appropriation des sensations, le ressenti intérieur qui est privilégié, cela  par une analyse réflexive systématique

 

 

 

Résumé du cycle EPS : YOGA SCOLAIRE

 

*Compétence culturelle  : « produire et rechercher des effets sur soi »

*Connaissances méthodologiques : « Connaissances sur soi », « Elaboration d’un projet »

 « Adaptation du projet »

* Choix d’objets d’enseignement (problèmes que l’élève va rencontrer et qu’il va résoudre)

La mécanique respiratoire, la mobilité vertébrale, les divers états de tonicité, la différence et la complémentarité entre étirement et le relâchement

La manipulation des  diverses variables entre :

-des postures de familles différentes liées aux mobilisations articulaires, aux mobilisations de la colonne vertébrale, aux divers niveaux du corps…

-des respirations pour intervenir sur soi en fonction d’objectifs fixés.

-de concentrations variées.

L’acte de  faire le LIEN entre toutes ces variables en utilisant des formes de travail identifiées

*Compétences spécifiques

°Des savoirs en action :

Construire et mémoriser une série de postures de familles différentes en vue : d’agir, de ressentir, d’observer, d’écouter,…les divers effets sur soi, afin de transformer ces postures en ASANA : « stable  et confortable ».

Expérimenter l’état d’équilibre par la mise en relation de  la posture, de la respiration, de la concentration…

Etablir un code commun.

°Des connaissances intellectuelles d’anatomie et de physiologie au service de l’expérience.

Connaître et sentir : les différentes parties du corps, les notions de groupes musculaires antagonistes, les poses et contres poses, étirement, contraction, tension, lâcher prise.

Repérer : les mouvements de l’air, les mouvements des parois du corps, les mouvements internes.

Traduire, interpréter, verbaliser : les ressentis avec les « complémentaires opposés » (lourd-léger, grand-petit, chaud-froid, haut-bas, contraction relâchement…).

°Lier les différentes formes de travail pour assumer les transitions avec les diverses parties du cours (prise de conscience, la série : travail en dynamique, en statique, puis relaxation) en se fixant un objectif  pour le cycle.

*Condition de déroulement du cycle, forme de pratique et d’apprentissage

Mise en place d’un projet personnel :

L’élève exprime un besoin, qu’il traduit en objectif qu’il essaie d’atteindre par une recherche personnelle d’une série de postures,  synchronisée avec sa respiration, sa concentration…

L’élève peut choisir un de ces trois objectif : être performant (tonification : forme de pratique dynamique), être détendu (relaxation, forme de pratique en statique), ou être en état de santé (par  les 2 formes de pratiques : statique et dynamique)

L’apprentissage de postures démarre par la connaissance intellectuelle des effets, pour arriver à une connaissance des ressentis pour agir sur le tonus musculaire périphérique, puis de plus en plus en profondeur, sur les muscles profonds, au niveau de la colonne vertébrale, ce qui aura un effet sur les nerfs rachidiens, donc sur le système nerveux, donc sur le mental.

Repérer les zones de contraction, de relâchement pour passer d’une posture à une ASANA.

Les documents  utilisés pour le cycle sont :

*des planches anatomiques, avec le rôle de la colonne vertébrale, les muscles respiratoires, les muscles superficiels, les muscles profonds…

*au niveau personnel : une fiche bilan, un tableau de ressentis, une évaluation de 0 à 10 pour plusieurs thèmes travaillés.

*au niveau collectif : des affiches bilans  au fur et à mesure des séances sur les postures, les diverses respirations, les règles en yoga….l’ensemble  élaboré par le groupe à chaque fin de cours.

Tous ces médias ont pour objectif la construction d’un référentiel commun au groupe

 

 

Séances

Schéma synoptique

Eléments de progressivité

 

1

Représentations

Faire l’expérience des différents étages de  la respiration à travers des postures simples

Elève ACTEUR dirigé par l’enseignant

 

PASSER DE l’élève passif, qui écoute l’enseignant, qui exécute et reproduit des formes apprises en restant sur l’aspect extérieur de la pratique : ce qui est vu !

 

 

VERS l’élève

qui devient récepteur d’informations personnelles de sa propre conscience proprioceptive, musculaire, respiratoire et émotionnelle, aspect intérieure de la pratique, qui parvient à l’équilibre par moment

 

 

 

 

POUR ARRIVER A

L’élève chercheur, qui  identifie ses manques, ses besoins, les traduit en objectifs à atteindre, il relie l’ensemble des pratiques pour produire un état d’équilibre et donc transformer les postures en ASANA, il est expérimentateur d’effets par l’utilisation de formes de travail variés adaptées à la situation choisie

 

 

2

Faire l’expérience du tonus musculaire

en postures dynamiques et en postures statiques

Lien entre : respiration, concentration, mémorisation, relaxation

OBSERVER « à l’intérieur de soi »

 

 

 3

Apprentissage de la « Salutation au soleil »

Expérimentation des liens entre les actions sur la colonnes vertébrale, la

respiration et les effets sur soi (cardiaque, respiratoire, musculaire…)

RESSENTIR

 

 

 

 

 

 4

Apprentissage de postures dans chacune  des 7 familles : expérimenter les fonctions de la colonne vertébrale et de la respiration en acte

Prise de conscience des liens entre les actions : vitesse d’exécution et les

effets physiologiques : cardiaque, respiratoire, … et les effets psychologiques : sensation de bien être, détente…

Jouer avec les variables et observer les effets

EXPERIMENTER

 

 

 5

Faire l’expérience des diverses possibilités d’action sur soi en fonction d’une orientation : tonicité, détente, le lâcher prise

Prise de conscience du lien entre la technique utilisée et l’effet ressenti sur soi

METTRE EN RELATION

 

 

 6

Construction une séquence avec un code particulier défini   en fonction d’un objectif

  (7 familles de postures, 5 actions sur la colonne vertébrale, 3 types de respiration ect)

CONSTRUIRE

 

7

Mémoriser la série, vivre les expériences en lien avec la série, verbaliser les effets attendus…

INTEGRATION

 

 

 

 

 

8

Evaluation

Laisser faire le corps, la respiration, la concentration

ELEVE RECEPTEUR de SENSATIONS

ACTEUR AUTONOME

 

 

Conclusion :

Avec cette démarche spécifique, nous  avons  développé un certain nombre de compétences psychosociales de l’OMS en lien avec les YAMAS et NYAMAS.

Les trois compétences ou règles : « avoir de l’empathie, communiquer efficacement, être habile dans les relations interpersonnelles » ont été travaillées lors des bilans, où chacun pouvait s’exprimer, accepter le regard et les idées, de l’autre, échanger….à travers des règles construites par  et pour le groupe.

L’expérimentation du corps, du mental, et les liens qui unissent la totalité de la personne ont permis le développement de : « la conscience  et de l’estime de soi». 

Les élèves ont élaboré leur propre projet à travers « la pensée et l’action créatrice » ; et  « la pensée critique » a orienté les choix appropriés en fonction des effets attendus. Ils ont du « faire face à leurs  émotions et à leur  stress » dans le silence de la  pratique du Yoga (et lors des échanges en groupe) . La « prise de  décisions » et « la résolution des problèmes » qui se présentait à eux ont permis  l’aboutissement du projet.

 

Lors du bilan final oral, alors que la plupart des élèves constate que ce cycle leur permet de gérer leur stress, trois élèves sur quatre  nous ont indiqué, que le « yoga scolaire » les avait fait réfléchir sur leur façon d’agir,  leurs comportements, grâce à l’observation des sensations internes. Ils sont plus présents à eux même et ont de meilleures relations dans le groupe.

Le sens donné par les élèves aux  mots : YOGA, STRESS,  SANTE,  et les attentes avec les expressions de  « SE …» et « ETRE …»  correspondent  au fait de S’EXPERIMENTER :  d’expérimenter  par soi même, ce qui  peut être  réalisé par la démarche mise en place : l’élève S’entraîne à  sa propre construction. Il passe progressivement d’un acteur dirigé par l’enseignant à un récepteur de sensations, autonome dans sa pratique.Le carnet de bord renseigné par l’élève au fur et à mesure de sa pratique lui permet de faire un bilan sur sa compréhension (Se connaître). L’analyse réflexive systématique semble être le canal essentiel de la connaissance de soi.

Cette Education pour la Santé, à travers  le YOGA SCOLAIRE permet progressivement à l’élève d’entrer dans une pratique de prise de conscience puis de gestion de ses propres actes et des répercussions sur lui-même, sur les autres et sur son environnement.

Nous pouvons même parler une Ecologie intérieure et d’un Ecologie extérieure en acte.

Nous espérons que cette « Education Yoguique pour la Santé» est une graine semée  d’une "Education à la Conscience » que les élèves pourront utiliser tout au long de leur vie.

 

Marie Andrée BAILLON, professeur EPS, Lycée Jacquard CAUDRY France

MASTER  « Education et Santé », Formatrice.

Fondatrice de RESPYRS (Recherche Education Santé, Pratique du Yoga, Réalisation de Soi) www.respyrs.fr, respyrsmab@aol.com

24 Rue Négrier 59540 CAUDRY FRANCE

0327761914

mabaillon@aol.com

 

 

 

 

 

 

THE CONTRIBUTION OF AN   “ACADEMIC PRATICE OF YOGA” TO THE HEALTH EDUCATION

 

The planification of an «academic yoga »   assimilates a Physical and Sport Education to a Health Education (in French EPS: Education Physique et Sportive to EpS: Education pour la Santé). Indeed “the goal of EPS is to turn a teenager into a lucid, independent, and cultured citizen…this teaching makes all the pupils  live   experiences which, through the efficiency of  all, can permit the access to the  citizenship  in act, to the stability, to a personal development, and to self realisation.”(BO 2000/2001). For that, we will rely on the specific links between the psychosocial competences of the WHO (The World Health Organisation) with YAMAS and NYAMAS which permit the emergence of the ethical and social life’s code.

It is through   a well defined protocol that each pupil in high school (16/18 years old) will experiment the status of “actor –receiver”to establish the link between asana, pranayama, pratyara…and the incidences on the psychophysiological sensations. To understand the difference between making a “yoga posture physically” and undertaking a “yoga practice consciously” is essential. The interest is to go from a physical and kinesthésic education to proprioceptive education. It is the process of appropriation of internal sensations that is a priority, thanks to a systematic reflexive analysis.The education to consciousness, ferment of yogic education through the academic yoga, gives pupils the access to the education to health and enables them to reach one of the roots of yoga that is the self knowledge, and to act to be in link with themselves, the others and the environment.

 

Marie Andrée BAILLON, professeur EPS, Lycée Jacquard CAUDRY France

MASTER  « Education et Santé », Formatrice.

Fondatrice de RESPYRS (Recherche Education Santé, Pratique du Yoga, Réalisation de Soi) www.respyrs.fr, respyrsmab@aol.com

24 Rue Négrier 59540 CAUDRY FRANCE

0327761914

mabaillon@aol.com

 

 

 

 

 

 

 

Contribution of a “School Yoga Course” to Health Education.

(An extract from a dissertation entitled “Education and Health” 2004, Charles de Gaulle University, Lille3 and University of Law and Health, Lille2, France).

 

THE CONTRIBUTION OF AN   “ACADEMIC PRATICE OF YOGA” TO THE HEALTH EDUCATION

 

Introducing yoga as part of Physical Education in schools will enable one to view the latter more as education for holistic health rather than being merely physical. Indeed, the ultimate goal of Physical Education is to “form a cultured, clear-thinking and self-sufficient citizen...by offering students a path, through experiences, to social awareness, poise, personal development and self-realization.”: French Education Ministry: 2000/2001.

 

To this end, we draw on the link between the psychosocial skills as defined by the World Health Organisation (WHO) (namely: to be empathic, to communicate effectively, to have the social skills necessary for effective interpersonal relations, to be self-aware,  to be a creative thinker, to have a discerning mind capable of making decisions, to be able to cope with emotions, to be able to cope with stress and to be able to resolve problems) and the concept of Yamas Nyamas i.e. the rules of yoga, translated in school terms as: to co-exist with others, to accept one another, to be a member of a group, to practise non-violence, honesty and a healthy lifestyle, to get to know one another, to take initiative, to rid oneself of harmful toxins, to rid oneself of negative thoughts and to manage stress. This relationship allows for the emergence of an ethical and social code of living thus fulfilling the goal of the French Educational System.

 

The School yoga course is geared to develop the concept of Yamas Nyamas and the psychosocial skills thereby fostering true Health Education so as to form in each student what the WHO calls “a complete state of physical, psychological and social well-being.” Doctors practising yoga and yoga teachers alike, who are committed to unlocking human potential, believe that yoga in schools can lead to a long-term “Health Habitus.” The personal experiment of the student, of his/her feelings and sensations in the body will act on his/her psyche and bring about an understanding of the physical and mental faculties of the body. This understanding will cause changes in the behaviour of the student with positive results on everyday life.

 

Through a well-defined protocol, each student will play the role of doer-receiver so as to establish the link between asana, pranayama and pratyara and their effects on the psychophysiological sensations. It is imperative to understand the difference between what it means to assume physical yoga postures and what it means to consciously practise yoga since it is our aim to transform physical education from being purely physical kinesthetic to one that is proprioceptive.   It is the process of appropriation of the sensations felt inside which is preferred by a systematic reflexive analysis.

 

 

 

 

 

 

 

Course outline for School Yoga in Physical Education

 

  1. To develop and direct the effects of physical activity in view of the care of oneself. This is one of five characteristics of good sport culture taught in the Physical/Sport Education in France.

 

  1. To use knowledge of self to form and develop personal goals which can be adapted to diverse external stimuli. This self awareness strengthens the facility of the individual to internalise which is the basis of yogic activity.
  2. To resolve the problems that he/she is going to meet. The yoga instructor chooses the topic of concern which usually is one or more of the following: the breathing process, vertebral mobility, the diverse states of tonic effect, the complementary processes of stretching and relaxation and the difference between them. One has to make the link between the following variables by using identified working forms:
    • The different sets of yoga postures and their effects on the joints of the body as well as the vertebral column.
    • The different levels of breathing as they relate to a set of fixed objectives.
    • The diverse objects of concentration.

 

  1. (Putting knowledge into action and putting a common code in place)

To establish and remember a series of postures to test (through feeling, observing, listening) their diverse effects on the individual. The ultimate goal is to transform these postures into Asana, a stable and comfortable state.  

To experiment two forms of work: “dynamic form” means to change the posture on Inspiration or expiration, or   “static form” means to stay into the posture during some breathing

 

To test the state of balance by getting in touch with posture, breathing and   concentration.

 

  1. To deriving intellectual knowledge of the anatomy and physiology from the experiment as it relates to: the different parts of the body, the concept of the antagonistic muscles, the postures and counter postures, stretching, contraction, relaxation, tension and release.

 

To track the movements of air in and out of the body, the movements of the body walls and other internal structures or spaces.

 

To translate, interpret and express the feelings associated with the complementary but opposing states for example: heavy-light, big-small, hot-cold, high-low and contraction-relaxation.

 

To link the different forms of work with the diverse parts of the course (awareness, series of postures whether dynamic or static and relaxation) to giving an objective for the course.

 

 

  1. Progress of the course: the shape of practice and learning

Implementation of a personal goal:

The pupil expresses a need which he/she translates into an objective that he/she tries to attain through a personal search of a series of postures in harmony with his:/her breathing and concentration.

The student can choose one of 3 of the following objectives:

To be active through a dynamic practice of yoga so as to vivify the body’s physical systems

To be relaxed by the management of stress through a form of static yoga practice

To be in a state of health through the two forms of yoga practices: dynamic and static

The learning of the postures starts with an intellectual knowledge of their effects on self. Of more importance however is one’s awareness of the internal bodily sensations which will permit one to work the peripheral muscular tonus and then the deep muscles at the level of the spinal column. This in turn have an effect on the Rachidian nerves and hence on the nervous system and ultimately the mental faculty which will lead to the stable and comfortable state of Asana.

 

  1. Documents used for school Yoga Course:

For the group as a whole:

Anatomical boards showing the role of spinal column, the muscles pertinent to the breathing process, the peripheral and the deep muscles. In addition, a chart outlining the rules of yoga (Yama, Nyama) was displayed.

Assessment sheets to evaluate the progress of the sessions and if Asana and the different levels of breathing had been attained.

For each pupil:

Index cards for self assessment, a table for feelings and an evaluation table numbered 0 to 10 for general worked themes.

These documents went into the preparation of a common referential for the group.

 

 

 

 

 

Sessions

Objectives

Elements of progressiveness

 

1

To complete the questionnaires

To experience   various stages  of the breathing through simple postures

DOER steered by the teacher

 

 

MOVING FROM the passive pupil, who listens to the teacher and who executes and reproduces learnt forms by mimicking what is seen!

 

 

 

 

TOWARDS the pupil

who is aware of his/her own proprioceptive, muscular, respiratory and emotional consciousness, internal aspect of yoga and who attains balance gradually.

 

 

 

 

TO BECOME

A seeker who identifies where he is lacking as well as his needs and translates them into objectives to be achieved. He connects all the aspects of the practice to produce a state of balance and thus transform the postures into ASANA. He is an experimenter of effects and knows how to adapt the working forms to the chosen situation.

 

 

2

 To experience the muscular tonus

In dynamic postures and in static postures

Link between: breath, concentration, memorization, relaxation

OBSERVE « inside self »

 

 

 3

Learning of the " Greeting in the sun »

Test of the links between the actions on spinal cord, breathing  and the effects on self (cardiac, respiratory, muscular)

FEEL

 

 

 

 

 

 4

Learning of  the postures in each of the 7 families: test the functions of the vertebral column and the act of breathing

Be aware of the links between the actions: speed of execution and  physiological effects: cardiac, respiratory, and the psychological effects: sense of well being , relaxation …

Exercise  with variables and observe the effects

EXPERIMENT

 

 

 5

Experience diverse possibilities of action on one self according to an orientation: tonic effect, relaxation, the release taken

Awareness of the link between the  technique used  and the felt effect felt on oneself

PUT IN PERCEPTIVE

 

 

 6

Built a sequence with a particular code defined according to an objective

  (7 families of postures, 5 actions  on the vertebral column, 3 types of breaths ect)

BUILD

 

7

Remember the series, experience the effects  in connection with the series, put into words the expected effects …

INTEGRATION

 

 

 

 

 

8

Evaluation

Let  the body, the breath, the concentration work

RECEIVER student  of SENSATIONS

AUTONOMOUS DOER

 

 

 

 

 

Conclusion

 

With this specific approach, we developed the psycho-sociological skills stipulated by the World Health Organisation through the use of the rules of yoga (Yama, Nyama). In particular, empathic ability, effective communication and interpersonal skills were worked on during the sessions and it was found that on completion of the course, each student was able to express himself more effectively and accept the opinions and ideas of the others all within the framework of the rules constructed by and for the group. The approach exercised the physical body, the mind and the links which make up the individual thereby allowing the development of the consciousness and self-respect.

 

The students made fixed goals for themselves and made discerning choices between several variables to arrive at their desired state. They had to face their emotions and combat stress in the silence of the practice of yoga and during exchanges with the group. The decision-making process and the resolution of their problems fulfilled the ultimate goal of yoga.

 

Upon the completion of the course, most students noted a reduction in their stress levels while 75% of the group indicated that the yoga course allowed them, by way of their internal feelings, to reflect on their conduct and behaviours. The students became more self-aware but still managed to develop stronger relations with the others in the group. At the start of the course, the students were asked to define the words health, yoga and stress as well as their personal expectations of the course. Their responses led us to believe that the students sought a means to express themselves so that they can be the masters of their own evolution. The students went from a state of being directed by the teacher to one of total autonomy in their practice. The assessment sheets filled in by each student facilitated his understanding of how well he progressed through the course.

 

Based on the results of the course, it seems that systematic reflexive analysis is imperative if the individual is to know and appreciate himself. This health education through school yoga will allow the students to gradually enter a practice of self-awareness so as to control their own actions and their repercussions on themselves (“Internal Ecology”) and those around them (“External Ecology”). We hope that this School Yoga for Health Education is the start of Consciousness Education from which students can benefit throughout their life.

 

 

Marie Andrée BAILLON, professeur EPS, Lycée Jacquard CAUDRY France

MASTER  « Education et Santé », Formatrice.

Fondatrice de RESPYRS (Recherche Education Santé, Pratique du Yoga, Réalisation de Soi) www.respyrs.fr, respyrsmab@aol.com

24 Rue Négrier 59540 CAUDRY FRANCE

0327761914

mabaillon@aol.com

 

 

 

 

 

 

La conférence en photos :

 

PH 01 à 03 : Publication de l’article dans les ASBTRACTS de KAIVALYADHAMA , Lonavla

 

 

 

PH 04 et 05 : Les  logos  de l’Institut KAIVALYADHAMA et de la Conférence

 

 

PH 06 : MAB avant la conférence

 

PH 07 : Préparation du Power Point

 

PH 08 : Présentation de MAB

 

PH 09 à 15 : MAB pendant la conférence

 

 

 

 

 

 

 

PH 16 et 17 : Les personnes assistant à la conférence