Expérimentation en Yoga-Thérapie chez une enfant Infirme Moteur Cérébral :




 

 

INSTITUT de YOGA THERAPIE

Docteur Lionel COUDRON

Enseignement à la FACULTE de MEDECINE

SAINT LOUIS LARIBOISIRE

PARIS

 

 

 

 

 

 

EXPERIMENTATION EN YOGA-THERAPIE

CHEZ UNE ENFANT IMC :

Infirme Moteur Cérébral

 

 

 

 

Marie Andrée BAILLON QUINCHON

24 Rue Négrier

59540 CAUDRY           

 


SOMMAIRE 

Introduction………………………………………p2

IMC :  Infirme Moteur Cérébral………………………………...p3

Qu’est-ce qu’une lésion cérébrale, les causes les conséquences ?

                   Noémie la méthode DOMAN 

 

ETUDE DE CAS sur NOEMIE,

IMC : Infirme Moteur Cérébral…………………………………p5

Demande des parents de NOEMIE

EVALUATION DIAGNOSTIQUE :

INTERPRETATION  de l’évaluation diagnostique

 

PRESENTATION du PROTOCOLE…………………………………….p9

L’objectif de TRANSFORMATION :

L’HYPOTHESE DE TRAVAIL

 

SEANCE TYPE…………………………………………………..p11

A) Prise de conscience

B) Les « PAWANMUKTASANA adaptés » avec respiration synchronisée 

C) Diverses « postures adaptées » pour étirer l’avant, l’arrière du corps,des torsions, des inclinaisons :

D) Relaxation finale

E) Echange

 

BILAN GLOBAL de CETTE EXPERIMENTATION………….p15

 

Conclusion……………………………………………p16

Bibliographie

Annexe : EXPERIMENTATION en IMAGES

 

INTRODUCTION

 

A la demande des parents de Noémie, Infirme Moteur cérébrale (IMC) de naissance, j’ai entrepris un cycle de 8 séquences en « YOGA THERAPIE » qui  sont formalisées dans ce mémoire de fin de cursus à l’INSTITUT  De YOGA THERAPIE de Lionel COUDRON

 

Ce travail s’inscrit dans une démarche de recherche sur l’aspect thérapeutique du YOGA

J’ai la chance d’être professeur d’EPS (Education Physique et Sportive) et enseignante de Yoga avec un double cursus de Yoga thérapie  occidental et oriental : d’un côté l’enseignement du Docteur Lionel COUDRON, spécialiste français directeur de Institut De Yoga Thérapie à Paris France et de l’autre l’enseignement du   Docteur BHOLE   spécialiste en Yogathérapie et psychophysiologie du yoga, de l’Institut  Kavailyadhama de  Lonavla Inde.

Ayant fait partie d’un groupe de travail au sein de l’Inspection Pédagogique EPS au sujet de l’Education Physique Adaptée, le monde du handicap  m’a semblée une piste à explorer dans une recherche en Yoga thérapie

De plus, le fait d’être en présence d’Emmanuel Métayer, lui-même IMC, adulte pratiquant de Yoga,  durant la formation à la Faculté de Médecine Larivoisière à Paris m’a encouragée dans cette entreprise. Il m’a apportée son aide par rapport à sa propre expérience et à son analyse réflexive de pratique.

 

 

 

Après avoir défini ce que sont les lésions cérébrales, nous porterons notre attention sur le diagnostique psycho corporel et respiratoire de Noémie. Puis nous exposerons la démarche de Yoga Thérapie utilisée en complémentarité au travail recommandé par « ’Institut pour la réalisation du potentiel humain » Méthode DOMAN, ainsi que la Restorative Yoga

 

 

 

IMC : Infirme Moteur Cérébral

 

 

Qu’est-ce qu’une lésion cérébrale, les causes les conséquences ?

 

Les lésions cérébrales ont, par définition des fissures multiples qui se sont crées au niveau du cerveau. Mais la lésion en elle-même n’est pas un symptôme, c’est un résultat de dommages causés au cerveau. Ce n’est pas une maladie. Le diagnostic et les causes sont multiples

 

Généralités :

Les atteintes cérébrales, quelles que soient leurs causes, entraînent des lésions et des dysfonctionnements qui peuvent être à l’origine de cinq grands types de troubles :

            - des déficiences intellectuelles

            - des troubles du comportement

            - des troubles des fonctions cérébro-motrices

            - des troubles neuroperceptifs

            - des troubles neurotrophiques

Ces troubles sont plus ou moins importants selon la localisation et l’étendue de ces atteintes (Le Metayer)

 

Les infirmes moteurs cérébraux

            L’infirmité motrice cérébrale est due à des atteintes cérébrales survenues dans la période périnatale qui entraînent des troubles de la posture et du mouvement sans caractère évolutif. Ces atteintes cérébrales ont suffisamment préservé les facultés intellectuelles pour permettre une scolarisation (Guy Tardieu 1953)

            Ce n’est pas une maladie mais c’est un syndrome qui associe trouble de la posture et trouble du mouvement

            C’est le résultat d’une lésion cérébrale non progressive et définitive qui intervient sur un cerveau en voie de développement

            Cette définition est basée sur une anomalie de la commande motrice, mais des déficits sensitifs, sensoriels, comportementaux, cognitifs et intellectuels y sont associés à des degrés différents

 

Les enfants présentant un trouble d’origine cérébrale sont de 2,14/1000 nouveau-nés, les IMC au sens stricts : 0,6/1000. L’incidence de cette pathologie a peu varié depuis 15 ans, malgré les soins et la surveillance périnataux (il faut savoir que 30 % des cas, l’infirmité cérébrale n’a pas de cause directe connue…)

Dans le cas de Noémie, sa sœur jumelle est née sans problème

 

Les lésions cérébrales sont un  mal peu répandu et mal connu. Les handicaps qui en découlent sont très contraignants pour les personnes lésées car ces lésions affectent non seulement les fonctions motrices mais aussi certaines autres fonctions cérébrales comme par exemple les facultés d’apprentissage ou la vue.

Lorsque les lésions sont détectées chez un enfant en France, les médecins vont conseiller aux parents de l’orienter  vers un établissement pour  handicapés moteurs. Dans ce centre, l’enfant aura accès à des soins quotidiens sous formes de séances de kinésithérapie, il verra aussi un orthophoniste et aussi ergothérapeute. Les méthodes utilisées par les spécialistes sont  celles de Volta, Le Métayer-Tardieu ou de Bobath. L’équipe va essayer de trouver dans chacune de ces méthodes ce qui convient le mieux à l’enfant. Les outils des différentes méthodes seront utilisés simultanément. Globalement, ces méthodes ont pour objectif d’améliorer la motricité de l’enfant, mais les  enfants ne parviennent pas toujours à évoluer de façon significative c’est à dire à   trouver ou à retrouver des fonctions motrices, sensorielles ou intellectuelles normales, et surtout ils  considèrent qu’il a de très faibles chances de marcher un jour

 

Noémie la méthode DOMAN

 

Ce constat précité a décidé  les parents de Noémie d’essayer une autre   rééducation sous la conduite des « Instituts pour la  réalisation du potentiel humain » de Doman qui demande à la famille  une  implication totale. Cette démarche n’est pas approuvée par le corps médical français et les familles se heurtent à des problèmes d’ordres législatifs et financiers (traitements à l’étranger très onéreux)

Ce programme est basé sur une sollicitation sur trois plans : physique, physiologique et intellectuel. Les outils sont importants, les plus connus : le « patterning,l’apprentissage du marché à »4 pattes », du ramper, des stimulations sensorielles est une décision importante dans une famille car il demande un travail quotidien et difficile pour l’enfant mais aussi pour les parents, avec un suivi quotidien sur fiche qui sert de constat lors des rencontres avec les membres de l’Institut Doman.

Les parents de Noémie ont créé une Association permettant de récolter des fonds et d’avoir l’aide de bénévoles pour donner les « soins-exercices » à Noémie

 

 

 

 

 

ETYDE DE CAS sur NOEMIE, IMC : Infirme Moteur Cérébral

 

Demande des parents de NOEMIE

 

Les parents de Noémie ont vu dans la presse, le cours pour enfants qui était ouvert à l’Association RESPYRS. La demande était que Noémie puisse intégrer le cours avec des enfants valides

Dans un premier temps, j’ai voulu faire une évaluation diagnostique de l’état de Noémie avant de prendre une décision

 

EVALUATION DIAGNOSTIQUE :

 

Premier contact :

Noémie, jeune fille de 13 ans qui s’exprime oralement avec lenteur mais dont  le message est clair et compréhensible. Un dialogue peut donc s’installer pour prendre conscience du degré des ressentis et de la perception que Noémie a de son corps.

Noémie ne peut rester seule en position debout,  sa posture de base est le « 4 pattes » ou la posture allongée sur le dos

 

LA STATIQUE :

Première observation en posture SHAVASANA, allongée sur le dos :

  • La latéralité : le côté droit et le côté gauche du corps ne sont pas symétriques, toutes les parties du corps ne reposent pas sur le sol, une hypertonicité globale de tout le corps empêche cette posture
  • Les extrémités des membres supérieurs : doigts, mains  sont refermés avec également une hypertonicité qui s’observe jusqu’en haut des bras, vers les épaules qui sont également très contractées.
  • Les extrémités des membres inférieurs : orteils et pieds partent vers l’intérieur en supination, entraînant également une hypertonicité s’observant jusqu’au bassin qui n’a pas une statique équilibrée
  • Les bras et les jambes sont « raccourcis » par cette contraction permanente des muscles
  • Au niveau du tronc, les épaules et le bassin ne sont pas parallèles. Existence d’une bascule du bassin  et d’une déviation de la colonne vertébrale  avec une pause asymétrique des omoplates sur le sol

 

La posture sur le ventre présente les mêmes asymétries avec un inconfort pour Noémie

 

La posture sur les flancs n’est pas possible

 

Une dichotomie est observable : le corps de Noémie est en « contraction » excessive permanente, mais comme le contrôle ne peut se faire, des partie du corps sont « laissés à l’abandon » tout en étant hyper tonique :   ce qui nous fait observer une statique déséquilibrée

 

LA RESPIRATION

Après cette observation sur la « statique » de Noémie, l’évaluation s’est centrée sur la respiration :

Respiration claviculaire, courte et saccadée, avec bouche ouverte, un peu bruyante quand il y a effort de concentration : cette respiration s’arrête quand il y a un effort physique, ou une nouveauté dans les mouvements ou une posture statique

 

Noémie peut se déplacer seule grâce au « ramper » ou en « 4 pattes » acquis avec la méthode Doman

 

Il semblait tout à fait impossible pour Noémie d’intégrer le groupe d’enfants valides  en « Yoga Educatif » tel qu’il était enseigné à RESPYRS

Nous avons conclu un travail en individuel   dans une optique de « Yogathérapie »

 

INTERPRETATION  de l’évaluation diagnostique

 

La méthode Doman permet d’activer des circuits « neuromusculosquelétiques » par des mouvements spécifiques,  parfois non ressentis. Grâce à la stimulation de ces circuits, Noémie peut accéder au « ramper » à la posture « allongée », au marché avec l’aide de l’échelle …et bien d’autres mouvements ou postures qui semblaient inaccessibles au départ

Tous ces outils font partis d’un protocole bien spécifique que nous n’avons pas à analyser  dans ce mémoire. Notre intervention sera un COMPLEMENT au travail très soutenu que Noémie et son entourage effectuent  plusieurs heures par jour

 

Le regard yogique nous permet d’observer des éléments de manière microscopique et macroscopique, pour en déduire chez Noémie que le  point d’ancrage principal est une inadaptation respiratoire avec un manque de statique qui  fait apparaître  une grande crispation  et un manque d’ouverture lié à l’instabilité générale de l’ensemble du corps.

Dans le langage yogique, nous pouvons dire que cette instabilité   peut être définie par le concept de VYADHI : un ETAT de déséquilibre permanent lié à l’IMC, que l’on pourrait traduire également dans le concept occident : d’un ETAT de STRESS qui nous semble « négatif » car des réponses de l’organisme sont exagérées,  involontaires et inconscientes pour la plupart.

 

 

 

 

 

PRESENTATION du PROTOCOLE

 

Le protocole négocié avec Noémie et ses parents  a été :

Une séance de Yogathérapie  par semaine d’une durée d’une heure

Séance  filmée pour une reprise personnelle des postures travaillées

Les séances sont dispensées au domicile de Noémie dont les parents ont construit une salle spécifique avec tapis, barre, espalier, échelle horizontale accrochée au plafond  pour la marche. L’Association RESPYRS met à disposition  du matériel spécifique pour adapter les postures : coussins ronds, carrés, en demi lune, briques, sangles…

 

L’objectif de TRANSFORMATION :

 

En s’appuyant sur le constat :  Noémie active son corps depuis des années grâce à la méthode Doman, à la kinésithérapie….et semble souffrir d’un « stress négatif » comme un personne  non IMC, l’hypothèse de travail à privilégier sera  la même démarche que pour une personne valide souffrant de la même pathologie : « Bien vivre ses émotions » (L Coudron) dans l’objectif de ne pas être centré sur l’objet final (être capable de marcher !),   mais sur le ressenti ici et maintenant pour améliorer la disponibilité et gérer le stress. La différence sera  la démarche accompagnante plus spécifique, puisque Noémie n’est pas autonome dans certains de ces gestes, une adaptation des outils utilisés sera en rapport avec le handicap de Noémie. L’accent sera prioritairement  porté sur l’ouverture des facultés perceptives et sensorimotrices de Noémie avec l’aide d’un travail respiratoire systématique, avec  un accompagnement permanent l’éducation à la sensation « tactile » à l’aide de matériel, de consignes. Mais en priorité, tous les outils seront chapeautés par la mise en place d’un « état de relâchement ». La communication sera également un axe principal pour ajuster le matériel, la posture et permettre de « respirer ».

 

Passer d’un ETAT d’HYPER TONICITE ou APHASIQUE chronique non ressenti à un ETAT de RELACHEMENT-TONIQUE « ressenti, conscient » par des postures « aidées », des postures en « statique», des posture en « dynamiques » synchronisées avec la RESPIRATION. Toutes les postures seront prises en CONSCIENCE et avec  VERBALISATION des RESSENTIS

En résumé : donner les moyens à  Noémie d’être dans une ASANA : « posture stable et confortable » (YS de Patanjali) quelques soient ces actions, gestes de la vie quotidienne.

Ceci peut paraître un objectif ambitieux car le propre de l’IMC c’est l’absence de sensations, de ressentis et surtout l’absence de « moyens  psychophysiologues » pour remédier à cela

 

L’HYPOTHESE DE TRAVAIL

Les techniques de yoga vont permettre d’atteindre l’état de détente, état psychophysiologique qui  est l’état de yoga : cet état d’équilibre  qui sera dans ce cas l’objectif des séances de yogathérapie :

*La détente, recherche de justesse

-Recherche du juste tonus musculaire, qui va  permettre de mobiliser les  muscles lorsque Noémie en aura  besoin, afin de satisfaire au principe de l’action, et de pouvoir les  relaxer dès que la tension est devenue inutile, afin de laisser le principe de repos s’installer. (Ce qui semble très difficile pour elle)

 

Pour cela, il est nécessaire, pour elle, de reprendre contact avec son corps, de manière à pouvoir en observer l’état énergétique :

  • afin de mobiliser l’énergie dans un but précis, cela demande une fermeté, une force harmonieuse installées dans le  centre de gravité
  • afin de ne pas laisser les couches de tensions inutiles se superposer, cela exige une  décrispation, de façon à atteindre l’aisance, la souplesse qui économise  les forces (Noémie est dans la force continuellement)

 

-Recherche du juste tonus psychique, qui va  l’aider à simplifier son mode de pensée en sachant :

  • remettre les choses à leur place, ce qui dénoue les nœuds émotionnels
  • éviter de rajouter des discours aux discours déjà présents ce qui provoque le calme mental

En effet, Noémie est dans un rôle de sportif de haut niveau de manière continue, sachant qu’elle a pour objectif de pouvoir MARCHER  et éventuellement de devenir le plus AUTONOME possible ce qui représente un tonus psychique en éveil permanent

 

            *La détente, prise de conscience

-Apprendre à sentir, ce qu’est une contraction inutile, les mouvements parasites (syncinésie) pour développer une détente physique respiratoire, émotionnelle et mentale

-Reconstituer une  unité, cette détente sera efficace à tous les niveaux car, le corps et le mental sont indissolublement liés, et leurs états respectifs influencent la respiration et les émotions. Donc, toute observation et détente de l’un influencera les autres

 

Entraînement à observer le corps, les pensées, les émotions, la respiration

 

La santé psychique et la santé physique sont étroitement liées, et  toute attitude consciente, vigilante, saine, détendue, aura pour conséquence une organisation harmonieuse :

  • du  mental de Noémie
  • de la régulation homéostatique, c'est-à-dire de la  capacité à équilibrer les plans organique et nerveux : échanges gazeux satisfaisants, bonne assimilation, bonne capacité de défenses immunitaires, équilibre des fonctions d’action et des fonctions de repos.

 

Les techniques de relaxation vont aider Noémie dans cette recherche de juste tonus et dans cette prise de contact consciente avec son corps

 

 

*Effets de la relaxation

Lorsque nous parlons de la relaxation, nous faisons référence à toutes les techniques connues, mais ici plus particulièrement à la relaxation yogique, indispensable en yogathérapie, et qui nous effectuons au début de chaque séance pendant la prise de conscience, puis entre les postures, et  pour terminer avant de passer à la verbalisation

 

Il m’a semblée important dans le cas de Noémie de parler : d’ «éducation au repos »

 

-Effets physiologiques

La baisse des stimulations pendant un temps donné va permettre dans une posture  l’activation du système de repos, qui est un système protecteur de l’organisme en cas de surdose de stimulations (méthode Dolman) cela conduira à une baisse de l’excitabilité, de la réactibilité,

Cela donne :

            -une baisse de tonus musculaire

            -une baisse du métabolisme, avec échanges cellulaires plus lents

            -une baisse de la circulation, avec ralentissement cardiaque

            -une baisse des échanges gazeux, provoquée par le ralentissement de la respiration

            -une normalisation des secrétions endocrines

            -un renforcement du rythme alpha du cerveau, rythme fondamental du calme intérieur

-Effets psychologiques

            -baisse de l’anxiété

            -plaisir de se sentir au présent, donc développement de la sensibilité

            -calme mental : pensées plus rares

            -développement de la capacité d’observation de soi aux différents niveaux

            -distanciation, accès à la neutralité

            -accès à des états de plus en plus subtils

 

 

 

 

 

SEANCE TYPE

 

A) Prise de conscience

Faire un constat de  l’ETAT de départ PHYSIQUE  et EMOTIONEL

La posture du cadavre, Savashana, allongé sur le dos, sera  la  posture de relaxation de référence, puisque Noémie peut en plus s’installer d’elle-même dans celle-ci.

Cette posture sera reprise systématiquement entre chaque phase de travail

 

B) Les « PAWANMUKTASANA adaptés » avec respiration synchronisée : le groupe lié aux articulations distales, et le groupe lié à la colonne vertébrale

  • aidés par l’enseignant,  pour « éduquer » à la sensation tactile extérieure
  • puis seule

Ces postures ont été réalisées sur le dos, en assise, maintenue contre le mur, en assise sur une chaise…toutes les adaptations nécessaires pour que Noémie soit le plus possible centrée sur la pratique et le ressenti sans avoir l’effort de la stabilité à mettre en place

Nous pouvons assimiler cette partie de la séance en « POSTURES DYNAMIQUES »

 

C) Diverses « postures adaptées » pour étirer l’avant, l’arrière du corps, des torsions, des inclinaisons :

Par exemple :

* « le poisson adapté » : MATYASANA

Objectif : une ouverture de la cage thoracique, une meilleure respiration, l’utilisation de coussin en demi lune, de briques

            *« la chandelle adaptée » :SARVANGASANA, plutôt VAPARITA KARAAI 

Objectif : Etirement de la partie des lombaires et le relâchement des jambes posées sur une chaise, puis jambes tendues vers le haut.

            *d’autres postures ont été expérimentées avec les mêmes consignes

 

L’objectif principal est mettre en place « les cinq temps de l’action » dans chaque :

            1 : se préparer mentalement, éventuellement en visualisant la posture mentalement ou sur image

            2 : rentrer dans la posture, étape par étape en observant les besoins en matériel pour la plus grande  stabilité du jour

            3 : rester, observer, sentir,  respirer…et devenir la posture en se relaxer dans la posture

            4 : sortir de la posture tranquillement par étape en enlevant progressivement le matériel

            5 : relaxation en shavasana pour observation des changements éventuels

Nous pouvons assimiler cette partie de la séance en « POSTURES EN STATIQUE »

 

D) Relaxation finale

Reprendre les sensations de l’ETAT PHYSIQUE et EMOTIONNEL de Noémie

 

E) Echange

Faire le bilan et les comparaisons nécessaires pour le travail en autonomie pour la semaine

 

 

 

Il ne me semblait pas important de faire un descriptif des postures, et des effets de celles-ci puisque nous pouvons les trouver dans tous les bons ouvrages de Yoga.

 

Au cours  de cette expérimentation, j’ai appris que  sans le savoir au départ, j’utilisais la démarche préconisée par le RESTORATIVE YOGA, qui est en lien avec l’Institut DOMAN

 Par la suite, la correspondance par email  avec le professeur de Yoga que Noémie avait rencontré aux Etats-Unis a confirmé ce fait et a enrichi la progression de Noémie

L’essentiel dans ce travail a été de mettre en synergie toutes les potentialités  pour l’accès à l’autonomie de Noémie

 

 

 

 

 

BILAN GLOBAL de CETTE EXPERIMENTATION

 

Avec l’ensemble des postures et cette démarche spécifique,  Noémie a réussi à  développer la finesse de perception d’elle même sur des parties du corps jusque là insensibles, elle a même eu cette impression de « chaleur », de « lourdeur », de « légèreté »…elle a également eu cette impression de « circulation, de mouvement » à l’intérieur du corps…que nous pouvons assimiler à cette notion de « VIVANCE ». Expérimentation inconnue pour elle, puisque dans la démarche Doman, (de ce que j’ai pu comprendre) la priorité du travail est dans la durée et la répétition des exercices.

Au fur et à mesure des séquences, les postures en dynamiques ont été réalisées en autonomie (sans guidance de l’enseignant), et les postures en statique ont été maintenues de plus en plus longtemps avec une stabilité distale et centrale des diverses parties du corps

La respiration était de plus en plus calme et profonde

L’observation intérieure était verbalisée à la fin de chaque séquence

L’observation extérieure était que le visage se décrispait, les yeux pouvaient se fermer, et que des postures sans stabilité pouvaient être maintenant, car plus détendues. L’axe du corps, l’alignement de la colonne vertébrale était maintenu dans la durée. (Même si cela ne représente pas la norme d’un valide)

Lors des dernières séquences, l’utilisation du matériel pouvait être modifiée pendant la posture, sans perturbation de la statique, par exemple : l’enlèvement du coussin disposé entre le genoux pour permettre l’ouverture, ne perturbait pas la distance d’éloignement des genoux

La respiration saccadée au départ s’est ralentit et est devenue plus régulière, elle s’installait de manière progressive au niveau du ventre. En fonction des postures expérimentées, Noémie peut désormais adaptée sa respiration qui cesse d’être claviculaire et involontaire, pour être: abdominale ou complète sous l’influence de sa volonté

Ceci a permis de constater une plus grande harmonie  et fluidité dans l’espace du tronc : (du bassin jusqu’aux épaules). Ce constat est lié également à la recherche systématique de la relaxation dans les postures et entre les postures.

Grâce à la justesse d’exécution et à l’observation de la respiration, Noémie devient plus « actrice réceptrice » de ses perceptions pouvant intervenir sur celles-ci que  « actrice soumise » au diktat du nombre de répétitions d’un exercice ou du temps à maintenir cet exercice

 

           

 

CONCLUSION

 

En résumé cette expérience a donné à Noémie les outils pour :

-Apprendre à doser ses efforts

-Reconnaître et éviter les principales sources de gaspillage énergétique du à une surcharge de contraction musculaire

-Savoir observer en elle les manifestations de ses actions, et de ses émotions

-Apprendre  le relâchement  qui permet aux transformations de s’effectuer

 

Lors d’une des dernières séquence de Yogathérapie, la « marche consciente debout», faite en lien avec une respiration abdominale calme, a été une véritable source de joie pour Noémie qui a pris conscience que l’ETAT de RELAXATION YOGIQUE pouvait être présent dans toutes les activités de la vie quotidienne et que des progrès  peuvent être encore envisageables avec cette EDUCATION CONSCIENTE de la RESPIRATION, quelque soit les postures en statique ou en dynamique utilisées.

                       

Cette  démarche en Yogathérapie est  issue de la problématique de Noémie: enfant Infirme Moteur Cérébrale avec comme objectif :

Gérer le stress lié à l’obtention de résultats visibles (méthode Doman) et l’accès à une plus grande autonomie.

Elle  a été axée sur  la prise de conscience des perceptions d’EQUILIBRE et de DESEQUILIBRE soit sur une EDUCATION PROPRIOCEPTIVE CONSCIENTE en lien avec la RESPIRATION

Dans ce travail avec Noémie : c’est « l’image de soi »  ressenti à l’intérieur qui a été privilégiée avec en fil conducteur la RESPIRATION.

 

Cette année, l’expérimentation s’est arrêtée par manque de temps. En effet,   Noémie a réintégré une structure pour lui permettre d’avoir l’aide d’une AVS (Assistante de Vie Scolaire) afin de pouvoir assister à plus d’heures de cours dans le collège auquel elle est rattachée.

L’expérimentation  pourrait être poursuivie en lien avec le corps médical, en vue d’une « évaluation scientifique » sur les apports du « YOGA THERAPIE » dans la prise en charge d’un IMC.


BIBLIOGRAPHIE :

 

*Docteur Lionel COUDRON : les cours de la « Formation en YOGATHERAPIE » Ed IDYT

*Docteur Lionel COUDRON : « Le Yoga Bien vivre ses émotions » Ed Odile Jacob

*Charles WATTELLE : « Yoga, troubles et handicaps » Ed EPI

*Ecoles d’ingénieurs Centre de Recherche, Mines de Douai : « Dossier Scientifique : les lésions cérébrales »

*Fiches de travail du groupe « Académie de Lille sur EPS adaptée »

*International Journal of Yoga Thérapy » N° 13

*Yoga Hatha medica: Restorative yoga

*Docteur BHOLE « Physiologie du yoga, plusieurs études scientifiques », traduits par Docteur  Hugues Gouzenes Ed «le cercle de l’arbre vert »

*Docteur  Bhole : Concept of relaxation in Shavasana

*Kuvalayanda and dc SL Vinakar, “The Central health Education” India 94

* Institut pour la Réalisation du Potentiel Humain 2000,  « Que faire pour votre enfant lèse cérébral »

* Divers ouvrages sur le patterning, le handicap…

* Cours de Master  STAPS  en Education Physique Adaptée, adaptation pour IMC

 

Sites concernant IMC et Yoga

 

http://www.dailymotion.com/video/x5m9ug_imc-kinesitherapie-3-postures-de-ba_tech

 

http://www.dailymotion.com/related/x5m9ug_imc-kinesitherapie-3-postures-de-ba_tech/video/x5oxaa_imc-imoc-travail-sur-un-rouleau_tech

 

http://www.dailymotion.com/related/x5oxaa_imc-imoc-travail-sur-un-rouleau_tech/video/x5otjb_imc-ou-imoc-en-piscine-ludique-et-s_sport

 

http://www.med.univ-rennes1.fr/sisrai/art/infirmite_motrice_cerebrale_p._139-148.html

 

http://www.specialyoga.com/

 

 

EXPERIMENTATION

 

EN

 

IMAGES

 

Avec accord de NOEMIE et de SES PARENTS

Ces photos sont tirées de 4 films réalisés au cours des séances, pour permettre à NOEMIE de poursuivre sa pratique du YOGA

LES POSTURES DE BASE de NOEMIE

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES PANWANMUKTA    AVEC AIDE ou SEULE

 

 

 

 

LES « POSTURES ADAPTEES » sur le dos : aidées, avec matériel ou SANS …

 


 

 

 


      

 

LES « POSTURES ADAPTEES » sur le ventre, à « 4 pattes »  avec coussin,  ou sans 

 


 

 

 

 

LA MOBILISATION du des parois du tronc avec la RESPIRATION, ressenties avec les mains sur le ventre, la poitrine, les deux …..puis devient VISIBLE et ressentie

 

  

 

L’OUVERTURE des GENOUX peut ETRE MAINTENUE sans l’aide de la BRIQUE

 

 

 

VISAGE PAISIBLE sans TENSION

 

 

 

 

 

 

MARCHE CONSCIENTE avec la RESPIRATION

Passer des  mains crispées, le corps tendus :

au corps de plus en plus relâché, même dans la posture debout qui demande EQUILIBRE :

 

LES POSTURES D’EQUILIBRE DEBOUT

 

              

 

                    RELAXATION puis BILAN de fin de SEANCE