Article pour la revue du RYE N° 11 :

Ressentir,  réagir,  penser:

Comment rendre utiles les ingrédients du conflit…

Récit d’un itinéraire de découverte en collège avec des élèves de 4ème de collège

 

 

            Sur le plan individuel, je peux ressentir les émotions les plus fortes, les sentiments les plus violents, mais si je les exprime immédiatement, je commets le plus souvent une grave erreur…

Exemple : j’envie cette personne qui a " tout pour elle",  je ne la supporte pas, chacun de ses gestes m’exaspère et fait naître en moi des sentiments violents…si je les exprime, je risque « l’enfer relationnel » !

Sur le plan collectif, dans le droit pénal, on distingue la pensée de l’action. On peut penser commettre un délit, mais si on le réalise, on commet une faute.

Exemple : je peux penser voler un CD, mais je ne dois pas le faire sous peine de sanctions.

            On constate aujourd’hui de nombreuses difficultés liées aux passages à l’acte, particulièrement avec les adolescents. Les enseignants, les éducateurs sont confrontés quotidiennement à ces problèmes. Or, lorsqu’on interroge les jeunes, on s’aperçoit que la plupart d'entre eux souffrent de ne pas résister à leurs impulsions et se posent beaucoup de questions. Ils ont un besoin impérieux d’en parler pour sortir du cercle vicieux "passage à l’acte/sentiment de culpabilité". Ils  s’engagent volontiers dans la recherche d’issues de secours pour sortir de ce cycle.

Ces contradictions, similitudes, constats, ont fait naître l’idée qui nous a conduits, un professeur d’instruction civique et moi, à concevoir un IDD (Itinéraire De Découverte) intitulé : " mieux communiquer pour transformer les conflits ".

 

         Un IDD qu’est-ce que c’est ?

            Il s’agit d’un dispositif permettant à deux professeurs de rencontrer un groupe de 12 à 15 élèves durant une douzaine de séances de deux heures. Les thèmes en sont variés et doivent favoriser chez les élèves le désir d’apprendre et de prendre des responsabilités dans leur propre formation.

 

Nos objectifs

Les objectifs que nous nous fixons visent à améliorer la communication élèves/élèves, élèves/adultes, et à développer les ressources personnelles des élèves notamment par des techniques de relaxation. Imbriquer la connaissance de soi et la connaissance de l'autre.

Dans le domaine de l'instruction civique, il s'agit d'acquérir une meilleure connaissance des lois et des codes, des institutions, de leur histoire et de leurs fonctions. Mettre en relation divers "curriculae" qui sont cloisonnés dans l'esprit des élèves. L'institution école est une globalité et non une succession d'enseignements sans relations ni liens logiques.

Contenus en instruction civique:

Analyser la justice en tant qu'institution républicaine: les divers tribunaux, leurs compétences

Etudes de cas: beaucoup d'élèves ignorent qu'il existe un juge pour enfant, qu'ils peuvent être punis, majorité pénale à 13 ans

La nécessité de la Loi qui protège et qui punit, permet de vivre en liberté (triade républicaine)

Le travail consiste à ramener l'individu qui vit des conflits à s'interroger dans le groupe classe, représentatif de la société. Le groupe à l'image de la société représente la loi, l'individu est donc protégé par ce groupe. Le dit vaut mieux que le non-dit. Un individu peut être mis à l'index par le groupe dans le cas où sa conduite trouble et gêne les autres par ses absences ou perturbations. La Loi est partout : règlement intérieur, codes sociaux…

 

Et le yoga dans tout ça !

La pratique du yoga développe la réceptivité, elle facilite l'apprentissage et augmente l’équilibre ainsi que les capacités d’attention et d’écoute. En un mot, le yoga rend la personne flexible et lui donne l'aptitude à mieux accueillir l'imprévu.

C'est bien l'imprévu qu'il faut rencontrer lorsqu'un conflit surgit, d'où la nécessité de se solidifier et se mettre à distance, au propre comme au figuré. L'espace d'une respiration ou de quelques pas, prendre le temps de ressentir l'émotion et de mettre des mots sur ce qui se passe, sont autant d’aspects que nous abordons au cours des séquences.

            Les séances concernant le développement personnel s’articulent selon une progression qui va nous faire réfléchir sur les questions suivantes:

Qu’est-ce qu’une sensation ? Une émotion ? Un sentiment ?

Comment identifier ses réactions ?

Peut-on différencier l’humeur du caractère ?

Qu’est-ce qu’un conflit ? Qu’est-ce qui va le déclencher chez soi ? Chez l’autre ?

Quels sont les principaux systèmes dans lesquels un être humain peut se trouver impliqué ? (duo, trio, mise à l’écart...)

Comment revenir à l’origine d’un conflit ? A quels moments est-il possible de le dénouer et de quelle façon ?

                        La réflexion est nourrie par des séances de yoga et/ou de relaxation qui font expérimenter un autre rapport au corps, tellement présent lors des invasions émotionnelles  conduisant à l’acte ou à la parole regrettable… Les sensations sont analysées, dans l'optique d'une meilleure connaissance de soi. Cette étude des sensations favorise le recul par rapport aux émotions qui sont, elles aussi, étudiées et nommées. Parallèlement, les conflits sont abordés, dans leur dynamique individuelle et collective.

Pour étayer le propos, trois illustrations sont détaillées ici:

-         Goûter, une découverte!…

-         L'émotion est là? Je respire!

-         Genèse d'un conflit

           

Première illustration : "Goûter, une découverte!…"

J’illustre ici le propos par une séance détaillée qui se situe environ à la quatrième séance. Les élèves connaissent déjà la mise en condition physique et la posture assise sur la chaise qui permet une relative détente. Ils ont déjà travaillé sur d’autres sens : la vue ; l’ouïe. Une relation de confiance s’est donc déjà installée dans le groupe. Aujourd’hui nous abordons le goût, avec l'exercice du "mini Smarties"

Objectifs : Le but est de suggérer aux élèves l'anticipation d'une situation, et s’y préparer mentalement pour optimiser son déroulement ; avec l’idée que cette préparation est transférable à d’autres situations. En effet, manger reste souvent un acte inconscient ou très lié à l’inconscient, et source de beaucoup d’impulsivité… Dès lors, tout recul, toute prise de conscience dans ce domaine sont des victoires sur nous-même et nos  pulsions.

Moments favorables: Avant un repas, dernière heure de la matinée, ou avant la  récréation durant laquelle les élèves prennent souvent un goûter

Effets observés: L'effet de surprise et le plaisir éveillent la curiosité

Déroulement: Vous prenez la position : dos droit, pieds bien à plat sur le sol. Vos bras sont repliés sur la table, vos mains vont bientôt accueillir votre tête mais avant regardez le petit bonbon qui est posé devant vous (J’ai apporté des petites boîtes de mini Smarties, j’en dépose un seul sur chaque table) Observez sa forme, sa couleur ; vous connaissez ce bonbon, vous en avez sûrement tous déjà mangé ; maintenant fermez les yeux et déposez  votre visage dans vos mains.

Portez votre attention sur vos pieds,  vos  orteils sont détendus dans vos chaussures ; vos genoux sont fléchis ; vous sentez le contact des vêtements sur la peau …  votre dos est bien droit et vous ne vous appuyez pas au  dossier de la chaise …  votre nuque se détend et à chaque respiration votre souffle parcourt votre colonne vertébrale, décomptez de 5 à 0 les respirations qui vous apportent chaque fois un peu plus de détente, comme suit : 5, inspir, 5 expir… Continuez à votre rythme…

Portez maintenant votre attention sur votre front et voyez le Smarties, sa forme, sa couleur, voyez-le  et préparez-vous à le goûter. Quelle est la première sensation qu'il  vous procure, d'abord entre vos doigts, puis dans la bouche. Sa consistance, ferme sur la langue,  il commence à fondre et son goût sucré envahit votre bouche, sa consistance change maintenant, il s'adoucit et le chocolat se fait maintenant sentir. Prenez le temps de goûter, d'expérimenter tranquillement les sensations qu'il offre…(silence)

Prenez maintenant 5 respirations de plus en plus amples, comptées de 1 à 5 et lorsque vous aurez terminé, ouvrez lentement les yeux. Etirez-vous, baillez, soupirez, et dégustez maintenant le Smarties…

Les élèves essayent une nouvelle façon de manger ou tout au moins, ralentisse le rythme habituel, ils tentent une autre expérience… La trace laissée par ce travail peut permettre aux élèves d’aborder leurs repas un peu différemment, c’est un champ d’expérimentation important, à notre époque qui manifeste tellement de troubles liés à l'alimentation.

 

Deuxième illustration : "L'émotion est là? Je respire!"

            Les élèves arrivent en classe, je leur propose l’exercice de "l'arbre"

Cet exercice inspiré par le travail de Jacques de Coulon, "Clés pour apprendre", éditions St Augustin

Objectifs: Augmenter la concentration, la réceptivité, réduire l’effet d’une émotion

Moments favorables: En début de séance, ou quand la tension monte ou que l'attention se délite

Effets observés: Calmer le souffle, le rendre plus profond, retrouver le silence

Déroulement:  Vous êtes debout à côté de votre chaise, les yeux fixés sur un point au sol à deux ou trois mètres devant vous, essayez d'observer votre état, comment vous sentez-vous à cet instant ?

Vous allez maintenant vous concentrer sur  votre appui au sol, les pieds bien à plat dans vos chaussures et répartir équitablement votre poids sur vos 2 pieds parallèles écartés

Vous visualisez vos pieds comme les racines d’un arbre fixé dans le sol, des racines qui s’enfoncent profondément dans le sol

Voyez maintenant vos jambes et votre torse comme le tronc de l’arbre, droit, stable, puissant

Vos bras en sont les branches, ils sont pour l’instant relâchés vers le bas, pensez au déploiement de l’arbre et de ses branches pour accomplir l’exercice :

sur une seule inspiration vous allez déployer ses branches de la façon suivante(voir le schéma ci-dessus) : vos bras sont tendus, les doigts  croisés vos coudes vont d'abord se serrer contre vos côtes, et vous allez commencer une inspiration dans cette position, vos coudes vont ensuite s’écarter lentement de votre corps par les côtés et monter à l’horizontale de chaque côté, les doigts sont toujours croisés et de placent sous le menton, vous lâchez vos mains et écartez vos bras, pour les  tendre à l’horizontale et les élever finalement au-dessus  de votre tête, vous les  dressez  vers le ciel, mains dos à dos, poumons  pleins

Vous descendez les bras le plus lentement possible de chaque côté sur l’expiration, en dessinant la forme arrondie du feuillage

Vous recommencez l’exercice 2 autres fois, je vous guide…

Reprenez un instant pour observer votre état maintenant

Les élèves inscrivent ici une pratique corporelle, qui, si elle est exercée régulièrement, leur permet de revenir au calme. Ils abordent tout au moins l'expérience d'un changement d'état émotionnel par le travail corporel.

Prolongements possibles : L’image de l’arbre est réutilisée lors d’exercices d’équilibre ou pour « traverser l’orage » durant un exercice de relaxation. Les possibilités de se fortifier intérieurement par les images, et les exercices corporels sont innombrables.

Je leur propose ensuite une longue liste de mots à classer dans les colonnes des émotions : peur, joie, tristesse, colère. C’est un autre exercice de concentration et d’attention à soi portant sur les questions : à quoi j’associe ce mot, cette couleur, cet objet ? Qu’est-ce qu’il évoque pour moi ? Les mots sont : frisson- irritation – rouge – rage – abattement – pétillant –coccinelle – ballon – ressentiment – douleur - …

Je leur demande enfin d’y ajouter leur touche personnelle par un ou deux mots dans chaque colonne.

Les élèves se donnent au cours de la séance, un vocabulaire particulier qui permet de mieux appréhender les émotions les plus fréquentes en leur associant un nom, des mots, des évocations, comme on observe un animal sauvage pour l'apprivoiser.

               
Troisième  illustration : "Genèse d'un conflit"

L'article "transformer le conflit" dans la revue du RYE n°10 exposait la démarche que j'utilise pour aborder les conflits et tenter de les transformer.

Objectifs: Favoriser la concentration et le calme par la technique des images rapides

Moments favorables: Quand la fatigue se manifeste

Effets observés: Les élèves préparés au travail sont attentifs et répondent à la demande qui est faite sans se disperser dans la discussion avec le voisin

Déroulement: Le temps de relaxation mobilisera le corps en position assise. Après la mise en

condition habituelle du corps sur la chaise, nous parcourons le corps mentalement.

Ecoutez les sons les plus éloignés, et de plus en plus proches, les sons qui proviennent des murs de la classe ….. et de votre souffle tranquille…  qui gonfle votre gorge, soulève votre poitrine, et votre abdomen … et repart

Portez votre attention sur vos pieds, votre pied droit, votre pied gauche, genou droit, genou gauche, cuisse droite, cuisse gauche, partie droite du dos, partie gauche, épaule droite, gauche, coude droit, gauche, main droite, gauche, la nuque, le cuir chevelu,

Décomptez 5 respirations en refaisant mentalement le trajet du souffle à l'inspiration et à l'expiration…Concentrez-vous sur votre espace intérieur, votre front est comme un écran sur lequel vont être projetées des images, chaque image chasse la précédente comme un diaporama

Voyez:  un grand feu de camp, voyez les flammes, les braises rouges… une belle orange…une plage de sable fin, le soleil est  très haut dans le ciel …les pavés d'une rue martelée par la pluie battante, les clapotis …  une prairie qui s'étend devant vous, l'herbe se couche sous le vent… un lac de montagne, le ciel bleu s'y reflète…une nuit d'orage, le ciel est zébré d'éclair, le tonnerre gronde…une tasse de chocolat chaud, fumant, (les images se suivent offrant une série de climats différents)

Voyez maintenant un endroit que vous aimez et dans lequel il vous arrive de vous détendre, voyez dans les détails, les couleurs des murs, les meubles, les objets…prenez le temps de savourer le calme

Effacez les images et évoquez cette salle de classe, vous êtes assis sur une chaise et sentez les contacts qu'elle offre, ceux de la table sous vos coudes et de votre visage dans vos mains, vous reprenez 5 respirations comptées 1 à 5

Dans un instant, je vous demanderai d'ouvrir les yeux et vous découvrirez devant vous une fiche de travail sur laquelle sont dessinées des flèches orientées vers  une sorte d'étoile qui représente une explosion…

Commencez à bouger les orteils dans les chaussures, les doigts, les mains, étirez-vous, baillez, soupirez…

Vous pouvez  écrire maintenant dans l'étoile une phrase décrivant une situation explosive dans laquelle vous vous sentez impliqué ou à laquelle vous avez assisté…

Nommer et décrire un conflit comme on a nommé une émotion précédemment facilite la mise à distance. Pour ce faire, j'invite les élèves à remonter à l'origine d'un conflit dans lequel ils ont été eux-mêmes impliqués ou auquel ils ont assisté; à l'aide de cette fiche de travail.

Prolongement possible: La feuille est présentée pliée en deux, les élèves réfléchissent et se remémorent dans un premier temps, un épisode conflictuel. Ils l'écrivent dans l'étoile qui représente l'explosion  de la dispute. Je leur demande ensuite de se souvenir du point de départ dans la grosse flèche du bas, puis de retrouver le fil son déroulement dans les cases intermédiaires. Une semaine plus tard, nous déplions la feuille pour réfléchir à l'issue la plus favorable possible jusqu'à une sorte de "charte" personnelle à écrire sur le parchemin et qui décrit ce que le conflit leur a appris.

 

       L'explosion du conflit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                              

                                                                                                      Ce que j'ai appris

 

             Le point de départ du conflit

 
 


                                                                                           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


L'élève est toujours libre de parler ou pas de son travail au groupe. En aucun cas ce travail n'est évoqué dans le groupe par un tiers ni même utilisé comme évaluation.

            Nous abordons ici différents moyens permettant transformer le conflit: par la discussion, le compromis, le partage, le temps de la réflexion, la demande d'une aide extérieure, l'humour… avec l'indispensable recours du souffle! …

 

En guise de conclusion

L'évaluation de l'IDD porte sur différents aspects et permet le réajustement du contenu lui-même :

l'investissement et la participation des élèves durant les cours

les difficultés rencontrées sur le plan technique

les questions soulevées par l'élève

le réinvestissement personnel et l'utilisation des notions ou des techniques abordées

Nous n'établirons pas de statistiques, pour l'instant l'expérience est encore trop neuve, mais nous pouvons d'ores et déjà en tirer quelques observations favorables car elles concernent une grande majorité des élèves du groupe:

-         les élèves sont particulièrement réceptifs au travail sur le toucher et sur la vue qu'ils considèrent comme de bons moyens de revenir au calme

-         ils investissent facilement les exercices accomplis les yeux fermés et les étirements et les réutilisent seuls

-         ils disent mieux se connaître eux-mêmes à l'issue des séances et mieux définir ce qui est pour eux supportable ou pas dans un échange

-         la moitié d’entre eux pense avoir changé de regard sur une situation conflictuelle à laquelle ils sont ou ont été confrontés

Cette première expérience ne demande qu'à être prolongée  (ce que nous prévoyons de faire dans le collège) car elle ouvre des portes sur un vaste domaine :  celui de l'élargissement du concept d'éducation en référence au système du yoga.

           

 

Laurence Scheibing, enseignante spécialisée, responsable d'une UPI (Unité Pédagogique d'Intégration), au Collège Camille Claudel de Villeneuve d'Ascq (59), professeur de Viniyoga. Formatrice au RYE (Recherche sur le Yoga dans l'Education)