Article pour le 30ième anniversaire du RYE (Recherche sur le Yoga en Education) par Marie Andrée BAILLON 2008

           

Depuis 30ans que le RYE existe, de nombreux articles, livres, séminaires, stages de formation ont permis aux enseignants, éducateurs de valoriser cette discipline qu’est le YOGA en milieu scolaire.

Je me suis appuyée sur ce travail et sur les connaissances acquises auprès  du BHOLE du Centre KAVALYADHAMA de Lonavla Inde, chercheur spécialiste en neuro-psycho-physiologie du Yoga et l’étude des textes anciens au regard des neurosciences actuelles, pour élaborer ce cycle de « YOGA SCOLAIRE » en EPS (1). L’ensemble de la recherche a fait l’objet d’un mémoire intitulé : « Contribution d’une pratique scolaire de yoga à l’éducation pour la santé » pour une MASTER (2) :« Education  Santé » (Université de Lille2 pour la Santé Publique et Université de Lille3 pour les Sciences de l’Education), et a reçu l’aval de l’Inspection Régionale de l’EPS de l’Académie de Lille.

 

            Depuis 1999, j’ai mis en place, en dehors de mes cours d’EPS, diverses actions au sein du système éducatif : atelier de « gestion du stress », « préparation aux examens », « préparation aux compétitions sportives », atelier « santé », développement de l’ « estime de soi » à la MGI (3), avec des jeunes en difficultés. Dans mes cours d’EPS, j’utilisais certains outils du yoga pour l’échauffement, ou la récupération mais de manière très ponctuelle et j’étais persuadée  que la « pratique du Yoga » pouvait avoir une place à part entière au même titre qu’une autre APSA (4) 

 

            Le Yoga étant une discipline très ancienne avec de nombreux outils, toujours d’actualité au XXIième siècle, il me semble  important de clarifier toute démarche pédagogique, en utilisant le « langage » approprié à l’Ecole Laïque Française avec ses finalités et ses objectifs au sein de l’EN (5). Pour cela, j’ai utilisé les textes qui régissent ma discipline l’EPS en lycée pour formaliser   la  pratique du YOGA en « contenus d’enseignement » en respectant sur la spécificité des finalités de l’EPS avec  des objectifs, des compétences, des capacités et des connaissances à développer chez nos élèves. Cette APSA,  je l’ai appelée « YOGA SCOLAIRE »

 

            Beaucoup de personnes  ont des représentations de l’EPS en fonction de leur vécu en tant qu’élève, or, notre discipline a beaucoup évolué…

Pour comprendre le cheminement  utilisé à l’entrée d’un « Yoga Scolaire » en lycée, je vais d’abord illustrer mes propos par les textes officiels en EPS (6) :

« La finalité de l’EPS, en lycée, est de former, par la pratique APSA, un citoyen cultivé, lucide, autonome. Cet enseignement fait vivre à TOUS les élèves des expériences corporelles collectives et individuelles qui permettent au travers de l’efficacité de chacun un accès à la citoyenneté en acte, à l’équilibre et au développement personnel, à la réalisation de soi.

                   En ajoutant la conscience, nous retrouvons les finalités du YOGA         SCOLAIRE tel que nous allons le définir

En même temps, les lycéens utiliseront un certains nombre de connaissances liées à l’information, aux techniques, aux tactiques, aux savoirs faire sociaux et aux connaissances sur soi en lien avec des composantes méthodologiques qui permettront l’acquisition de méthodes, d’attitudes, de démarches réflexives favorables aux apprentissages afin de mener à bien un projet personnel pour :

         *s’engager lucidement dans l’activité, prendre des risques et contrôler leur engagement

         *développer leurs propres ressources pour acquérir une meilleure connaissance de soi      

                   Pour un YOGA SCOLAIRE, les NYAMA peuvent être déclinés

         *planifier un projet d’apprentissage et/ou d’entraînement

         * apprécier les effets de la pratique sur eux même et sur l’environnement

            *échanger collectivement, développer une attitude citoyenne

                        Toujours dans le cadre d’un YOGA SCOLAIRE, les YAMA vont                         favoriser le développement du « Vivre ensemble » (RYE)

Parmi les 5 compétences à développer chez nos élèves, nous retiendrons :

         « Orienter et développer les effets de l’activité physique en vue de l’entretien de soi »

Dans les textes d’accompagnement (7) pour la mise en place des projets pédagogique, « la relaxation » apparaît comme APSA  (Fiche 18)

« La relaxation concerne trois  volets distincts mais fortement reliés : la tonicité (l’élève est « crispé »), la vigilance (il « papillonne » ou il est « éteint ») et la sphère émotionnelle (l’élève est énervé)…

Cette détente peut être sollicitée par :

*l’alternance contractions et relâchement… ;

*la centration sur la respiration, ses différentes phases et localisations, ses variations de débit et de durée etc (principe que l’on retrouve dans beaucoup de techniques dont le yoga) ;

*la mobilisation d’évocations mentales… » etc

 

Après lecture, avec mes lunettes et mon filtre  d’enseignant de Yoga, les nouveaux  programmes du lycée m’autorisaient  à formaliser une démarche de YOGA SCOLAIRE qui entre dans la formation du FUTUR CITOYEN responsable

 

Tout le travail avec le Dc BHOLE du Centre KAVALYADHAMA de Lonavla Inde, chercheur spécialiste en neuro-psycho-physiologie du Yoga et l’étude des textes anciens au regard des neurosciences actuelles ont permis l’élaboration et la validation de cette expérimentation. L’ensemble de la recherche a fait l’objet d’un mémoire intitulé : « Contribution d’une pratique scolaire de yoga à l’éducation pour la santé » pour un MASTER (Bac + 5) DESS « Education  Santé » (Université de Lille2 pour la Santé Publique et Université de Lille3 pour les Sciences de l’Education), et a reçu l’aval de l’Inspection Régionale de l’EPS.

 

La présentation du cycle est celle retenue pour présenter n’importe qu’elle APSA en EPS

 

CYCLE de YOGA SCOLAIRE en CLASEE de PREMIRE au LYCEE JACQUARD de CAUDRY : 8 fois 2heures par semaine.

APSA : YOGA SCOLAIRE

COMPETENTECES CULTURELLES (CC)  N° 5 : « Produire et rechercher des effets sur soi »

CONNAISSANCES METHODOLOGIQUES : « Connaissances sur soi », « Elaboration d’un projet », « Adaptation d’un projet »

PORTRAI des ELEVES :

Elèves de première, adolescent soumis au stress de l’examen, en pleine mutation physique et psychologique, en recherche d’identité, de connaissance de soi, d’estime de soi. Pour eux, l’image extérieure n’est pas toujours ajustée à l’image intérieure d’où les conflits. Ils sont soumis à une obligation d’adaptation rapide aux diverses sollicitations extérieures, demandant des réponses motrices, mentales, intellectuelles, souvent obstruées par l’état émotionnel

JUSTIFICATIF (Constat)de l’ACTIVITE :

*Adapter l’ETAT CORPOREL et MENTAL aux diverses sollicitations du lycéen (manque de connaissance sur le fonctionnement et les liens entre le corps et le mental)

*YOGA SCOLAIRE : Activité transversale, permettant une prise en charge personnelle de l’élève par rapport à sa propre personnalité, ses aspirations, pour la mise en place d’un PROJET à travers ce besoin de BIEN ETRE tant sur le plan : physique et mental, que psychologique, affectif et environnemental, dans le sens d’un PROJET de SANTE GLOBAL en EPS à travers la CC5

COMPORTEMENT de l’ELEVE en ACTIVITE (rapport que l’élève entretien avec son corps, avec l’EPS, avec l’APSA : le YOGA SCOLAIRE) :

Les problèmes rencontrés sont en lien avec la période de l’adolescence :

*Le refus du corps par rapport à des surcharges pondérales (réelles ou imaginaires), les complexes sont construits à travers l’image du corps imposés par les médias

*L’acceptation et d’identification de ce CORPS que j’AI par rapport à ce que je SUIS

*Différentiation  entre les filles  et les garçons pour l’écoute du corps et la centration sur soi

*Difficulté à SE REGARDER , à S’ECOUTER, à RESSENTIR, à SE  mettre en ARRET, à ETRE (estime de soi), à VERBALISER

CHOIX des OBJETS d’ENSEIGNEMENT (problème que l’élève va rencontrer et qu’il va résoudre) :

FAIRE le LIEN entre TOUTES les VARIABLES : la mécanique respiratoire, la mobilité vertébrale, la tonicité, l’étirement/relâchement, les 7 familles de postures…en utilisant des FORMES de travail et des REGLES identifiées

 

 

CONDITION de DEROULEMENT du CYCLE : FORME de PRATIQUE et d’APPRENTISSAGE :

Apprentissage de postures et identification des effets sur SOI à travers les RESSENTIS, pour agir sur le TONUS MUSCULAIRE périphérique, puis plus en PROFONDEUR, sur les MUSCLES PROFONDS, à travers la CV, donc les nerfs rachidiens, donc le SYSTEMEZ NERVEUX, donc le MENTAL

Passer d’une POSTURE à une ASANA (stable et équilibrée)

Construction d’un PROJET PERSONNEL

 

COMPETENCES SPECIFIQUES

         CONSTRUIRE, MEMORISER une série de POSTURES de familles différentes en fonction de leurs actions sur la CV en vue :

         D’AGIR, de RESSENTIR, d’OBSERVER, d’ECOUTER…les divers EFFETS sur SOI, afin

         De TRANSFORMER des postures en ASANAS : ETAT d’EQUILIBRE , grâce à une MISE EN RELATION entre la posture, la respiration, la concentration…

         ETABLIR un CODE COMMUN

Au niveau anatomique et physiologique :

                   -CONNAITRE et SENTIR

*les différentes PARTIES du corps, les notions de groupes MUSCULAIRES ANTAGONISTES,

*avec les POSES et les CONTRE POSES

*un ETIREMENT

*une CONTRACTION

*une TENSION

*Un LACHER PRISE

                   -REPERER

*les mouvements de l’AIR

*les mouvements des PAROIES du CORPS

*Les mouvements INTERNES

                   -TRADUIRE, INTERPRETER , DESSINER, VERBALISER :

*les ressentis, avec les couples d’OPPOSES COMPLEMENTAIRES : lourd-léger, chaud-froid, grand-petit, haut-bas, …

                   -LIER les différentes formes de travail pour ASSUMER les TRANSITIONS avec les diverses étapes de la séance (Prise de conscience, les postures en dynamique, en statique, relaxation…), en se fixant des objectifs pour ce cycle, mais également pour d’autres APSA, ou situations de la vie courante

 

OBJECTIFS de TRANSFORMATION

PASSER de l’ ACTEUR, lélève guidée par l’enseignant qui parle , commente, aide…Au RECEPTEUR à l’élève opérant ses PROPRES CHOIX d’ACTIONS et l’enseignant silencieux

ALLER vers l’amélioration de l’ETAT de CONSCIENCE au niveau PROPRIOCEPTIF, MUSCULAIRE et RESPIRATOIRE

DEVENIR : ACTEUR-OBSERVATEUR-RECEPTEUR, AUTO NOME dans sa PRATIQUE, GESTIONNAIRE de son ETAT de SANTE : (Etat de bien être physique, psychique et social définit par l’OMS)

CONTENUS : l’élève apprend à :

*EXPERIMENTER en ACTES des CONNAISSANCES intellectuelles, sur la physiologie musculaire, articulaire, respiratoire, le tonus musculaires, la concentration, la vigilance,…

*UTILISER des variables pour produire des EFFETS sur SOI

*RESSENTIR des ETAT INTERNES

*APPRECIER le TEMPS nécessaire pour AJUSTER une POSTURE, une RESPIRATION…

*Construire, mémoriser, écouter, prendre conscience, agir, ressentir, être présent, observer, identifier, verbaliser, lier, modifier des ETATS

*dire, écrire, dessiner, verbaliser, échanger, se dévoiler

Le tout à travers les règles citoyennes que sont les YAMAS NYAMAS

 

Ce cycle est une trame modifiable à volonté, selon les pôles de compétences et de connaissances à développer, les contenus d’enseignement varieront en fonction des niveaux de classes et des contextes particuliers.

Depuis, sa mise en place des modifications ont lieu chaque année afin d’améliorer la démarche…l’importance étant de donner du SENS  sur le long terme par le fait de donner à l’élève  la « dévolution » de son apprentissage, par la mise en place du projet personnel…cela entraîne  une meilleure appropriation des savoirs, des savoirs faire et des savoirs être, réinvestissables dans sa vie future !

 

Une partie de cette  expérience est détaillée  sur le site de l’Association de Yoga :RESPYRS : www.respyrs.fr, qui essaie de transmettre un YOGA adapté à la spécificité de chacun en lien avec les textes anciens et les connaissances actuelles sur le développement de l’être humain dans son environnement en perpétuelle modification.

 

Il semble primordial que chaque expérience au sein de l’EN doit être formalisée, éclairée par les sciences humaines actuelles, pour qu’elle soit compréhensible pour les élèves, leurs parents, les autres enseignants, les chefs d’établissements, les inspecteurs…sachant que la fonctions de chacun engendrent des représentations différentes des objets d’enseignement. Un langage et une formalisation pour l’EN est une priorité pour permette une plus grande visibilité et une reconnaissance de cette activité

Les « recettes clefs en main » sont au détriment d’une vraie réflexion et d’une vraie appropriation pour les enseignants, d’un YOGA SCOLAIRE digne de ce nom !

Nous avons encore beaucoup de travail devant nous, pour que   l’éducation du « corps sensible »(8) soit une priorité dans notre système éducatif

 

Marie Andrée BAILLON

Professeur d’EPS

Master « Education Santé »

Formatrice EPS, Relations Humaines, Education pour la santé

Fondatrice  de l’Association RESPYRS, www.respyrs.fr

 

(1)               EPS : Education Physique et Sportive

(2)                Master, DESS : Diplôme D’Etudes Supérieur Spécialisé

(3)               MGI : Mission Générale d’Insertion

(4)               APSA : Activité Physique Sportive et/ou artistique

(5)               EN : Education Nationale

(6)               Textes Officiels EN, BO N°6 31 Août 2000

(7)               CNDP Mars 2001 : EPS Accompagnement des Programmes

(8)               « Corps sensibles  et EPS »  SCEREN CRDP France-Compté